Dernièrement, nous avons beaucoup mis en avant les mobilité de demain, la plupart considérées comme des avancées technologiques importantes (taxis autonomes, hyperloop…). Mais si nous revenions à la base du déplacement ? Certes non pas le pédestre, mais le déplacement à vélo. Et si nous appliquions cela pour les transports scolaires ? Oui je parle bien de transport en commun et d’un vélo. Laissez-moi vous présenter l’entreprise française S’Cool Bus, en collaboration avec l’inventeur d’origine nééerlandaise, qui propose un vélo collectif pour amener les enfants à l’école.

S’cool Bus, l’art d’allier vélo et transport en commun

Cette idée s’est diffusée en 2011 en France lorsqu’Amaury Piquiot découvre S’Cool Bus lors de son stage à l’étranger aux Pays-Bas et décide de le développe dans l’hexagone à son retour. L’idée est assez simple : allier transport, école et « coolitude » (comme son nom l’indique). Le but est de proposer un service gratuit de « ramassage actif ». Actif car le vélo fait 200 kg et n’avance pas si les enfants ne pédalent pas. Ce vélo collectif à assistance électrique a été conçu pour répondre à des enjeux sécuritaires. Ainsi, il ne peut pas aller plus vite que 15 km/h et n’est censé être utilisé que sur des distances de six kilomètres maximum. Dernièrement, une vidéo de présentation de S’Cool Bus a fait le buzz sur le média Brut., augmentant ainsi leur visibilité. Je vous conseiller de la regarder, elle permet de comprendre très simplement le système !

Vidéo de Brut. sur le S’Cool Bus

Cela permet ainsi de faire une activité physique aux enfants tout en les sensibilisant aux mobilités douces et en commun. De plus, les chauffeurs partagent leurs valeurs d’écologie, de sport et de partage aux passagers.

Sur le papier, c’est intéressant mais en pratique ?

Aujourd’hui une dizaine de lignes tournent quotidiennement après six années d’existence. Une autre dizaine tournent de façon plus occasionnelle selon les besoins (sortie en classe verte par exemple). Globalement, S’Cool Bus s’adresse à tous les enfants. Leur âge maximal reste cependant souvent 16 ans car la « clientèle » la plus fréquente de ce vélo étonnant sont les élèves de classe élémentaire. S’Cool Bus peut ainsi profiter du programme gouvernemental Savoir rouler à vélo qui a été lancé au printemps 2019.

Les objectifs de Savoir rouler à vélo
Programme Savoir rouler à vélo du gouvernement

Et la viabilité économique là-dedans ? De 2014 à 2016, ils sont sous le statut d’association et s’appuient sur des bénévoles. Suite à cela, en 2016, S’Cool Bus évolue et devient une entreprise employant aujourd’hui plus d’une douzaine de salariés et possède une flotte de 16 vélos. Ils sont ainsi passés d’un format de publicité pour se rémunérer à une palette de solutions déclinées des gênes du S’Cool Bus. Ils proposent ainsi du Team Building, des semaines de sensibilisation, de la location de vélos et autres évènements pour se financer.

Cette solution permet ainsi à moindre coût d’offrir une alternative à la voiture personnelle pour amener les enfants à l’école. De plus, outre un moment de partage et de bonne humeur, cela met en évidence tout le travail qui peut être réalisé sur la thématique de la mobilité. C’est donc un concept excellent qui fait fureur en France et dans d’autres pays européens (Belgique, Pays-bas, Allemagne…). En effet, l’enfant passe un bon moment et les parents n’ont plus la contrainte d’amener l’enfant à l’école à l’heure. Ce dernier est récupéré à domicile et déposé devant l’école. Espérons que cette initiative écologique et social se développe dans toute la France !


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *